Maladies des Barbeaux Pt 2

Classé dans : Protection des barbeaux, Recherches et études | 0 | 283 vues

 

Présentation de la maladie:

Le Myxobolus Pfeifferi  ( P Teholan 1894) est un parasite qui se dévellope chez les  barbeaux. On trouve ces Cnidosporidies dans les muscles et le tissu conjonctif du poisson où elles forment des tumeurs parfois volumineuses, contenant des spores plurinucléées mises en liberté à la suite de l’éclatement de l’abcès. Ces spores ingérées par un autre poisson libèrent dans l’intestin le germe amiboïde, le sporoplasme  qui pénètre dans une cellule, musculaire le plus souvent, où il s’accroît.

 

Source : Lien

 

Evolution externe de la maladie et symptomes:

 

source image ; LIEN 

 

Ceux-ci débutent par de petites saillies , a peine appréciables, apparaissant en un point quelconque, sur les parties latérales ou supérieures du corps des poissons atteints. Il peut en y avoir d’une à cinq, quelques fois  plus, qui augmentent peu à peu de volume jusqu’à former des tumeurs, don la grosseur varie de celle d’une noix à celle d’un œuf.

Les barbeaux  malades  sont d’un poids bien inférieur à celui qu’on leur attribue d’après l’apparence extérieure.

Les poissons présentant  ces symptômes perdent de leurs vivacité, abandonnent les courants, pour se retirer dans les endroits tranquilles.

Les couleurs se ternissent , un mucus  huileux recouvre les téguments , un amaigrissement  notable se constate sur les parties ou ne siège pas de tumeurs .

On voit ensuite les barbeaux malades venir , en vacillant , à la surface de l’eau , couchés sur le flanc  ou le ventre en l’air. Veut on les saisir, ils reprennent leur position normale et s’enfoncent.mais cet effort est bientôt au dessus de leurs forces , et on arrive à les prendre à la main . c’est le dernier stade et la mort ne tarde guère.  

Cas observés avant  1895 

Dans plusieurs rivières de France, d’Allemagne et de Belgique , le Barbeau a été décimé à maintes reprises par une maladie que caractérise la présence d’abcès sur le corps des sujets atteints. En Italie elle a été observé aussi à une époque récente, mais sur le barbeau plébéin ( Barbus plébeius C. et V)

Les épidémies ont toujours eu lieu pendant l’été, entre la mi mai et la mi septembre, mais avec une acuité très variable suivant les lieux et les années. Parfois  les ravages causés ont été des plus considérables, les animaux périssaient en masse ; leurs  corps, flottant par milliers à la surface des eaux …  A Mézières, en 1885-1886 , on en enterrait pas moins de 100 kilogrammes par jours, de même à Flavigny sur Moselle en 1893-1895. On conçoit qu’après semblables mortalités, se renouvelant à intervalles rapprochés, le barbeau ait presque complétement disparu de certains biefs.

Source Les maladies des poissons d’eau douce d’Europe  1908  : LIEN   (Vous trouverez sur le lien également  les détails et l’évolution du parasite .)

 

Dans un manuscrit datant de 1917 P Teholan indique qu’un très grand nombres de rivières et fleuves ont été touchés par cette maladie: Le Rhone ( Lyon),La Seine, la Marne, le Rhin, la Moselle  entres autres.

 

 

La pollution est  un facteur déclencheur de cette maladie :

Myxobolus pfeifferi, l’agent causal de l’ébullition ou de la maladie bubonique du barbeau en Europe et en Russie, s’est apparemment développé en niveaux épizootiques dans la nature lorsque les rivières ont été polluées (Petrushevski & Shulman 1961)

 

 

D’après les informations que nous avons  trouvées, Le cas le plus récent  de cette maladie  a été observé en 2015 dans une rivière Allemande, Le Nied

 

La Nied est une rivière transfrontalière dans la région française de Lorraine et dans la Sarre allemande.

Étant donné que presque exclusivement les barbillons sont affectés, il est maintenant supposé qu’il ne s’agit pas d’une extinction des poissons liée aux polluants. Les employés de l’Office d’État pour la protection de l’environnement et de la sécurité au travail (LUA) supposent qu’une maladie est survenue dans le passé dans le bassin versant de la Moselle. Le protozoaire « Mixobolus pfeifferi » était déjà diagnostiqué en 1870 dans un journal scientifique . L’augmentation de la température de l’eau des dernières semaines aurait pu favoriser la propagation de l’agent pathogène, soupçonnent les experts de la LUA.

Avis Ministère de l’environnement et de la protection des consommateurs  Allemand  , datant du 24.08.2015  

LIEN 

Avis Ministère de l’environnement et de la protection des consommateurs  Allemand  , datant du  28.08.2015 

LIEN 

 

Articles des journaux locaux 

LIEN 

 

LIEN 

 

Précautions à prendre :

 

Ne pas consommer les poissons 

 

Prévenir de toutes urgences 

 

l’Agence Française de la Biodiversité( A.F.P) : services A.F.B départementaux

Office national de la chasse et de la faune sauvage (O.N.C.F.S): Coordonnées par région

La fédération de pêche de votre département : Annuaire des Fédérations  départementales de France

Direction Départementale Des Territoires( D.D.T )  Service Eau et Environnement (SEE)

 

Remarques:

J’avais pêché un barbeau en mars 2013 qui présentait une énorme tumeur au dessus de la tête , il avait une force spectaculaire, l’ayant même appelé « le boxeur » du à cette tumeur et la force lors du combat de celui ci , à l’époque ce poisson pesait 3,02 Kgs pour 63 cm . Début novembre de cette année, j’ai eu la surprise de le repêcher , mais cette fois ci le kyste avait éclaté , laissant apparaitre un trou avec les tissus nécrosés , il mesurait 65 cm pour 3,250Kgs et avait toujours la même force lors du combat.  Nous nous sommes tournés vers le technicien de la fédération de pêche de la Sarthe , Mr Cyril Lombardot , afin d’avoir plus de renseignements sur cette pathologie .

 

 

  

  • Pour la cause, difficile de dire sans analyse. Nutrition déficiente, infection bactérienne, parasite, traumatisme, pollution et contaminants chimiques peuvent en être à l’origine. Il faut cependant garder à l’esprit que les poissons comme tous les autres animaux sont touchés par des pathologies et ce, y compris dans un environnement sain. On doit par contre se poser la question de la dégradation de l’environnement lorsque le taux d’individus malades devient significatif ce qui n’est visiblement pas le cas ici 

Vue la réponse et mis à part cette tumeur , le poisson était en très bonne condition physique , enlevant une possibilité de voir apparaitre un cas possible de peste du Barbeau dans ce cas.

 

Laissez un commentaire