Le Barbeau méridional ( Barbus meridionalis)

Classé dans : Barbeau méridional, Protection des barbeaux | 1 | 1 012 vues

Le  Barbeau méridional  

Code UE 1138 

13603623_844305105701307_6031885310686857625_o-copie

Photo Filfish prods 

 

 

 

 

Nom:  Barbeau méridional

(On le nomme aussi : Barbeau truité, drogan, durgan, tourgan ou encore turgan selon les départements du sud de la France. Angleterre : Southern barbel)

Nom Scientifique:  Barbus meridionalis (Risso, 1826)

Embranchement :  Vertébrés

Classe : Poissons Ostéichtyens (poissons osseux)

Ordre : Cypriniformes

Famille : Cyprinidés

Genre :   Barbus

Espèce : meridionalis

 

Description et caractéristiques générales

 

Description

Le barbeau méridional est un poisson au corps allongé et trapue, à dos gris-brun légèrement bombé. Ses flancs sont jaunâtres et le ventre blanc. Le dos, les flancs et les nageoires impaires portent de petites taches sombres.

La tête est longue, la bouche en position infère, est bordée d’épaisses lèvres charnues. La lèvre supérieure porte 4 barbillons.

La nageoire dorsale comporte 7 à 11 rayons, le premier, plus long et  ossifié et n’est pas dentelé sur son bord postérieur, contrairement au barbeau fluviatile.

La nageoire anale est relativement longue et atteint l’origine de la nageoire caudale quand on la rabat en arrière.

Les écailles sont de tailles moyennes, il y en a 48 à 55 le long de la ligne latérale.

Cette espèce, plus petite que le barbeau fluviatile, 20 -30 cm, rarement  40 cm , pour un poids de 150 à 200 g.

 

Reproduction

Le barbeau méridional se reproduit sur un substrat  de graviers ou de cailloux, entre mai et juillet. La ponte peut se dérouler en pleine eau ; elle peut être également fractionnée et avoir lieu au printemps en été ou très rarement  en automne.

La maturité sexuelle pour les deux sexes est atteinte lors de la seconde année (NEOPHITOU, 1986)

Des hybridations naturelles sont possibles avec le barbeau fluviatile provoquant une régression de l’espèce. mais les populations de Barbeau méridional d’amont restent indemnes.

 

 

Alimentation

Le barbeau méridional est une espèce benthique, fouisseuse des fonds. Sa nourriture est surtout constituée par des organismes benthiques : vers, crustacés, mollusques, larves d’insectes. Ce régime alimentaire peut être complété par des algues, des débris végétaux, des œufs de poissons et, pour les adultes, par des petits poissons.

 

Habitat

Espèce de petits cours d’eau de semi-montagne (limite d’altitude 300-800) , il peut vivre en plaine (Pyrénées-Orientales, Hérault, Var), en l’absence du Barbeau fluviatile, il se situe plus en amont des zones à ombre. Ses préférences d’habitat sont des eaux de bonne qualité situées à des altitudes < 100 m ( Changeux et Pont , 1998)

Le barbeau méridional préfère des eaux fraîches et bien oxygénées mais supporte bien une eau réchauffée et une baisse d’oxygène. Les espèces l’accompagnant sont  la Truite fario, le chevaine,le goujon, le vairon.

Activité

Il vit en bancs au fond de l’eau, sur des substrats fermes. Il est plus résistant que le barbeau fluviatile des températures élevées, lors des assecs partiels des rivières méditerranéennes, il s’enfouit dans le substrat.

. Les périodes de crues intensives conduisent à une forte dispersion de celui-ci, amenant un déséquilibre des cheptels et de sa population pouvant se retrouver dans des zones inadaptées pour sa survie.

 

Répartition

Le barbeau méridional est autochtone de l’Europe méridionale, relique de l’ancienne faune antérieure aux périodes glaciaires. Cette espèce, sur les bassins versant de la côte méditerranéenne, n’est présente qu’en  en France et au nord de l’Espagne. Le barbeau méridional est l’espèce ancestrale sur les cours d’eau du bassin méditerranéen .Le barbeau fluviatile n’a colonisé ces cours d’eau que plus tard, après les glaciations. Il est entré en compétition avec le barbeau fluviatile qui est en général repoussé en tête de bassin.

Le barbeau méridional est présent uniquement dans le sud de la France. Sur le bassin, il se concentre essentiellement sur trois grandes zones : les Pyrénées Orientales, le sud du Massif Central et le sud-ouest des Alpes dans les départements de  L’Ariège, Pyrénées orientales, dans les départements de l’Aude, le Tarn, L’Hérault, l’Aveyron, La Lozère, les Bouches du Rhône, Gard, Vaucluse, l’Ardèche,  la Drôme, Alpes de hautes Provence, le Var, Alpes maritimes, Hautes Alpes, Isère et Rhône .

 

Le Barbeau méridional a une distribution assez large mais fragmentée (petites populations isolées en tête de bassin versant en général). Ses populations ont décliné de presque 30%. (CRIVELLI, A.J. 2006. Barbus meridionalis. In: IUCN 2009.)

 

Intérêt halieutique

Le barbeau méridional est une espèce importante  (densité, biomasse) de l’équilibre des écosystèmes des rivières méridionales, il est jugé d’un grand intérêt évolutif (Berrebi et al, 1988)

 

Sources:

Biologie des poissons d’eau douce européens (2e éd.) Par BRUSLÉ Jacques,QUIGNARD Jean-Pierre ( 2013)

Bensettiti, F. & Gaudillat, V. 2004. Cahiers d’habitats Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 7. Espèces animales. La Documentation française. 353 pp.

 

Statuts de protections et de menaces

– liste rouge mondiale de l’UICN (évaluation 2006)

-liste rouge des poissons d’eau douce de France métropolitaine (2009),

– liste rouge européenne de l’UICN (évaluation 2006), 

-classé  N.T : Quasi menacé (espèce proche du seuil des espèces menacées ou qui pourrait être menacée si des mesures de conservations  spécifiques n’étaient pas prises)

-Annexe(s) directive Habitats : II et V Espèce prioritaire directive Habitat :

-Protection nationale : Espèce de poisson protégée au niveau national en France (Art 1er)

-Espèce susceptible de bénéficier d’arrêtés préfectoraux de protection de biotope .

-Conventions internationales : Annexe III de la Convention de Berne

La conservation du barbeau méridional  se fera sur du long terme dans une amélioration globale du fonctionnement des écosystèmes d’eau douce.

 

 

Risques de l’espèce sur différents sites

 

Dans le Calavon ( dpt 84 ) ; la population de Barbeau méridional est en forte  diminution vers l’amont , dès la confluence avec  l’Encrême. La  variation inter annuelle de la population  laisse supposer un risque d’extinction ( très faible effectifs par moment , pouvant devenir nuls en cas d’accident , pollution par exemple)

Source ( D.R.E.A.L Provence alpes côte d’azur  2015)

Le Lamalou Le site Natura 2000 du Pic Saint Loup (Dpt 34) le linéaire occupé a régressé et le maintien de l’espèce est menacé (population de petite taille/faible nombre probable d’individus et faible linéaire occupé).

L’état de conservation du barbeau méridional  est défavorable, suite aux menaces sur le site, Dégradation/artificialisation des berges et de la végétation rivulaire, mise en place de seuils/barrages, Départ important de MES, pollutions, Captages et Espèces exotiques introduites, écrevisses. ( source D.R.E.A.L) 

 

Estinction de l’espèce 

Dans la rivière l’Avance (dpt 05 Hautes Alpes) suite à une pollution en Avril 2013 , le barbeau méridional à disparue de celle ci , tout comme l’ensemble de la faune piscicole , sur ce département  le barbeau méridional reste seulement présent dans une seule et unique rivière : la Blème, à Serres. ( source fédération de pêche des Hautes Alpes) . Lien 

 

 

 

 

 

 

Une Réponse

  1. […] Description, caractéristiques générales et statuts de protections et de menaces LIEN […]

Laissez un commentaire