Code du pêcheur de Barbeaux

Classé dans : Protection du barbeau | 1 | 1 318 vues

La popularité du barbeau est en pleine expansion dans notre pays et surtout en Europe, le côté magique et la puissance de ce poisson ne nous laissent pas indifférents. Chaque capture est unique, depuis la touche jusqu’ à la remise du Prince des rivières dans son élément.

Ce guide a pour but d’énumérer les bases à connaître pour que votre rencontre avec le barbeau soit un beau souvenir, sans oublier avant tout la sécurité du poisson dont nous sommes responsables. Notre terrain de jeu se trouve sur son habitat que nous devons aussi préserver.
 
Vous trouverez ici le lien des travaux effectués par l’U.N.C.L pour la pêche de la carpe, avec une grande partie sur le bon déroulement du NO.KILL et la bonne attitude à avoir pour la préservation de nos lieux de pêche et des poissons.
 
La Barbel society qui m’a beaucoup inspiré, a aussi depuis des années mis en place le code du pêcheur de Barbillon en Angleterre. Nous avons apporté plus de détails, sachant que la pratique du No Kill en outre manche est une institution depuis des années. De partager nos idées apportées, amènera à une meilleur préservation du Barbeaux dans les rivières Européennes, sachant que l’Angleterre comptes beaucoup plus de pêcheurs de Barbillons, d’où l’importance de cette échange de travaux. Plus d’informations.
 
Pour des raisons sanitaires de bien être du poisson, il est fortement déconseillé de déplacer un barbeau d’une rivière à un étang ou un lac.
 
Nous vous recommandons de ne pas pratiquer par vous-mêmes la scalimétrie (étude de l’âge du poisson au moyen d’un prélèvement d’écailles) ou le baguage (et surtout pas marquage) de poissons, ces opérations doivent être pratiquées par des personnes habilitées à les réaliser.
 
Evitez tout contact avec les ouïes, les branchies des poissons sont très fragiles, lors de vos manipulations de préhension du barbeau, ou lors des séances photos qui doivent être les plus brèves possibles.
 
Evitez de stripper le ventre des poissons , pour y voir la contenance des selles , cela peut engendrer de graves séquelles irréversibles sur les poissons. Pour éviter la perte du mucus, mouillez-vous les mains à chaque manipulation des poissons capturés, et manipulez-les à mains nues. Les gants polaires ou en laine sont très dangereux car ils enlèvent le mucus des poissons.
 
Si la capture du barbeau entraîne de petites blessures involontaires, ne jouez pas aux apprentis sorciers avec des produits phytosanitaires dont la surdose pourrait provoquer des séquelles irréversibles. Nous vous conseillons des produits pré-dilués et vous demandons de respecter les doses et prescriptions indiquées sur les différents produits que vous achetez .
 
Notez que le sel est un très bon remède aussi. Imbibez un coton ou kleenex avec de l’eau salée, procédez par de petits tamponnements sur la plaie. Si les blessures sont proches des zones sensibles comme les ouïes, les narines, l’intérieur de la bouche (autre que les lèvres) ou des yeux, il vaut mieux éviter tout danger causé par les produits que vous utiliserez pour soigner le barbeau ; cela ne ferait qu’empirer les blessures et empêcherait le poisson de récupérer correctement. Avant de passer un produit essuyez légèrement la plaie pour qu’il soit posé sur une partie sèche.
 
Nous vous conseillons d’écourter le rituel sur les poissons blessés, en les laissant se reposer dans l’épuisette du stress provoqué par sa capture. Sa mise hors de l’eau accentue encore plus son stress. Pour information, le stress est la première cause de mortalité dite naturelle chez les poissons et vecteur de nombreuses maladies …
 
Le barbeau a des rayons épineux sur sa nageoire dorsale, il faut être très prudent lorsque vous retirez le barbillon de l’épuisette, faites attention que les mailles de l’épuisette ou du sac de pesée ne soient pas prises dans les rayons épineux de cette nageoire dorsale.
Respectez toutes les espèces de poissons lors de leurs captures.
 
 
 
Avant chaque sortie, vérifiez votre matériel. Cela comprend le fil des moulinets, vos bas de lignes qui devront être plus fins et moins résistants que vos corps de ligne, mais aussi vos tapis de réception qui devront être entretenus, vos filets d’épuisette irréprochables.
 
Lors de vos sorties, il conviendra de bien régler le moulinet une fois le montage à l’eau, en desserrant le frein ou en débrayant si vous utilisez des moulinets débrayables. Vos tapis de réception seront accompagnés d’un récipient d’eau suffisamment grand pour bien humidifier ce dernier avant chaque dépose de poisson, ainsi que les filets de pesée si vous comptez vous en servir.
 
Vous resterez à proximité immédiate de vos cannes, les touches de barbeaux étant souvent violentes. Si vous devez vous éloigner, remontez vos lignes.
 
Dès le contact avec le poisson à la touche, rester souple dans ses mouvements est préférable, afin de ramener le poisson en toute tranquillité en évitant les à-coups trop violents.
 
 
Nous conseillons plutôt l’utilisation d’hameçon avec un micro ardillon ou sans ardillon, et souhaiterons une interdiction de pêcher avec des hameçons triples pour les pêches dites plombées et sensibiliserons pour une pêche aux leurres avec hameçon simple. Le barbeau est souvent attiré par ces leurres et le matériel utilisé n’est pas toujours adéquat pour la puissance de ce poisson. Pour éviter de grandes séquelles, il est préférable d’utiliser un hameçon simple pour la sécurité du barbillon. Un trident pris sur les 2 lèvres de la bouche du poisson peut s’avérer mortel.
 
Nous ne recommandons pas l’utilisation du circle hook en ligne plombée et autres techniques, qui peut s’avérer très dangereux en cas de rupture de la ligne ou si la cage feeder ou plombs se bloquent dans un obstacle, le poisson piqué ne peut se défaire facilement de ce montage.
 
Nous conseillons une épuisette adaptée pour la capture d’un barbeau, avec une bonne largeur et assez grande profondeur. Laissez le poisson dans l’épuisette le temps de préparer votre petit rituel de la photo et pesées, humidifiez bien le tapis de réception, ainsi que le sac de pesée qui devra être assez grand pour ne pas causer de risque chez le barbillon. Vérifiez que les nageoires soient bien repliées le long du corps, sortez le poisson de l’eau sans gestes brusques et décrochez doucement l’hameçon de sa bouche, munissez-vous d’une pince pour retirer l’hameçon correctement…
 
Une fois le matériel préparé, déposez votre barbeau sur un tapis de réception toujours humidifié pour l’accueillir, évitez les longs séjours hors de l’eau, le barbillon est bien plus sensible que les carpes, les taux d’oxygène dont il a besoin sont beaucoup plus élevés que la carpe ou autre cyprins, veillez à ce que le poisson soit toujours humidifié. Evitez les endroits trop ensoleillés lors de votre séance photo, ne prenez pas votre photo debout avec le poisson, les dommages d’une chute peuvent être irréversibles, évitez de rentrer dans un rapport de force pour maintenir le poisson, si celui-ci est trop agité, remettez le à l’eau dans l’épuisette quelques minutes. L’idéal est de l’accompagner par un mouvement de va et vient pour une meilleure ventilation jusqu’à ce qu’il reparte de lui-même.
 
Il est important aussi de bien ventiler le barbeau avant de le relâcher. Laissez-le se reposer quelques minutes dans votre épuisette, sur une profondeur suffisante. Vérifiez bien que le poisson soit entièrement immergé dans l’eau et qu’il soit en position agréable pour récupérer. Il se ré-oxygénera et déstressera doucement. Une fois que le barbeau a retrouvé une bonne vitalité, laissez-le repartir tranquillement dans son élément. Il doit le faire de lui-même.
 
La mise en sac de conservation des barbeaux est pour nous une pratique à proscrire complètement. Cela représente un réel danger car un manque d’oxygène peut intervernir mais aussi la cause de stress que l’on peut parfaitement éviter. De même, nous vous recommandons d’éviter la mise en bourriche du barbeau, même si aucun texte ne l’interdit… Si vous devez mettre un barbeau en bourriche, essayez d’écourter au maximum son séjour en captivité, dans une bourriche suffisamment grande pour un accueillir un nombre MINIMAL de poissons, et maintenue dans une profondeur suffisamment importante par un poids terminal si besoin. Cette opération est à éviter absolument lorsque le flux de la rivière est très élevé.
 
Pour les sujets dont le poids et la taille sont élevés, il est préférable, pour la survie du barbeau de le relâcher immédiatement après la pesée, nous voyons encore trop souvent des photos de barbeaux et autres poissons dans des seaux ou bourriches en surpopulation, sur des sols caillouteux, juste pour garder une photo d’un triste souvenir dont la finalité sera que les poissons ont subi de graves séquelles …
 
Notre démarche est aussi d’obtenir un bon comportement des pêcheurs pour que la pesée et remise à l’eau du barbeau se fassent automatiquement, surtout les moyens et gros spécimens. Nous essaierons de sensibiliser certaines instances de compétition afin que cette pratique entre dans les règlements de concours sur les parcours où le barbeau est présent.
 
Une meilleure considération des poissons amènera une bonne réflexion pour l’ensemble d’un public et surtout pour les générations futures, le barbillon fait partie de notre patrimoine halieutique, il doit comme chaque espèce, recevoir toute l’attention de tout pêcheur croisant son chemin. Respectez les lieux qui vous donnent tant de satisfactions lors de vos sorties de pêche, l’habitat des poissons est aussi d’une importance capitale pour l’ensemble de l’écosystème qui l’entoure.
 
Nous conseillons de ne pas pêcher tant que la hauteur et le débit de la rivière ne permettent pas un bon équilibre de l’écosystème à cet endroit. Restez très prudent lors de la période estivale, les taux d’oxygène sont très bas en cette période de l’année, si le niveau de votre petite rivière est très bas, il est préférable de ne pas pêcher et d’avertir les services de l’eau et A.A.P.P.M.A pour qu’ils se rendent sur les lieux.
 
En période de crue, prévoyez du fil plus solide pour lancer les poids assez élevés des cages feeders et pour écourter le temps à ramener le poisson à contre courant. Pour sa remise à l’eau, trouvez un endroit où le débit de la rivière soit assez calme pour relâcher le poisson dans de bonnes conditions.
 
Si vous constatez une pollution, appelez directement le service de la mairie du lieu où elle se trouve, les pompiers et service des eaux de l’O.N.E.M.A de votre département.
 
Si vous constatez des infractions de braconnage avec filets, transport de gros poissons, contactez la cellule anti trafic de poisson de l’U.N.C.L CATAC à cette adresse mail : catac.trafic@yahoo.fr 
Mais aussi les gardes de pêche, la police des eaux et la gendarmerie.
 
Nous vous souhaitons de belles sorties au bord de l’eau, que le barbeau vous apporte de beaux souvenirs.
 
Ce code du pêcheur de barbeaux a été réalisé pour sensibiliser et informer le plus grand nombre de pêcheurs de toutes techniques, mais principalement de la pêche dite en plombée. Mais aussi pour qu’il y ait un autre regard sur le barbeau, que sa fragilité soit comprise et respectée de tous les pêcheurs ayant la chance de croiser son chemin.
 
Nous avons mis en place un recensement du barbeau en France, avec des fiches de capture qui nous seront d’une grande utilité, les photos et tous vos renseignements nous aideront beaucoup pour des futures études nationales, c’est aussi pour vous une manière de participer à l’évolution de la compréhension du majestueux barbeau et votre implication dans sa protection est très importante pour nous.
 
L’équipe de l’association du Barbillon de France.

Une Réponse

Laissez un commentaire