lettre ouverte au président de la F.N.P.F Mr Claude Roustan

Classé dans : protection de la population de barbeaux en France | 0 | 53 vues

 

A ce jour(le 14.01.2019) , nous avons encore une fois obtenue aucune réponse de la F.N.P.F , il est grand temps que celle ci écoute les nombreuses inquiétudes venant de notre petite association, car cela fait maintenant 3 ans qu’il n’y a pas vraiment d’envies de celle-ci à voir autre que les associations agréées , venir protéger le milieu aquatique .

William 

 

Morlaix le 06.01.2019

En ce début d’année , nous avons souhaité écrire une lettre ouverte au président de la F.N.P.F Mr Claude Roustan . Celle-ci avait été préparée depuis plusieurs semaines, mais devant le mouvement social que traverse notre pays , nous avons repoussé son envoi , mais pensons qu’il est temps pour tous pêcheurs ,associations agréées ou non de faire connaitre ce qui est une injustice environnementale de la part de beaucoup de dirigeants . Nous vous invitons à faire de même et souhaitons que les grands noms de la protection du milieu aquatique, les dirigeants d’aappma mécontents , associations indépendantes, pêcheurs lambda fassent de même. Nous ne souhaitons pas être le centre de ces réflexions , mais nous souhaitons ouvrir les consciences parce qu’il est grand temps d’agir dans une unité, agir non pas contre la F.N.P.F mais pour le milieu aquatique.

Mr Claude Roustan  président de la F.N.P.F (fédération nationale de pêche en France)
 
Veuillez trouver par la présente , les inquiétudes venant d’un très grand nombres d’acteurs du tissu associatif qui est le vôtre, mais également celui qui en parallèle s’est formé d’associations indépendantes. Depuis plusieurs années maintenant, il y a un très grand nombre de pêcheurs qui se sont intégrés dans ce tissu associatif, reprises d’A.A.P.P.M.A , obtention des habilitations nécessaires pour devenir G.P.P ou tout simplement participation des adhérents au développement des programmes proposés par les AAPPMA et fédérations.
 
Dans le meilleur des cas , les initiatives venant de tous pêcheurs concernés par la protection de l’environnement ont abouti à des résultats positifs, l’équilibre entre le loisir pêche et la protection du milieu aquatique se fait de manière exemplaire par une très forte majorité de ces associations et fédérations. Malheureusement, il y a un côté qui obscurcit fortement cette lueur d’espoir qui s’installe dans le monde associatif concernant la protection du milieu aquatique ; en effet, de nombreux exemples un peu de partout en France ,montrent qu’il y a encore des efforts à faire pour les adhérents de certaines fédérations et associations agréées pour parvenir à une vraie protection du milieu aquatique et je me permets d’ajouter qu’il n’est pas forcément nécessaire d’être adhérent d’une association agréée pour participer à la protection du milieu aquatique, et qu’il n’est pas concevable d’entendre un président de la plus grande aappma d’un canton dire « qu’il n’interviendrait pas en dehors de son secteur pour participer à la protection du milieu aquatique, alors que la commune dont il a la responsabilité est la principale cause de la hausse de la pollution en aval de celle ci , il y a très peu d’unité entre beaucoup d’aappma voisines, du fait qu’elles sont en opposition permanente pour avoir le maximum d’adhérents .
Le dialogue est fermé, le comportement de certains dirigeants est même très irrespectueux, comme s’ ils protégeaient de manière exemplaire « leur milieu » aquatique alors que les seuls programmes qu’ils mettent en place sont les droits de pêche concernant la pêche de l’anguille et quelques lâchers de truites. Ce sont ces mêmes fédérations qui refusent systématiquement de très beaux programmes pour revaloriser et protéger notre domaine public qui n’a jamais eu autant besoin de bénévoles , de volontaires et de bonnes volontés.
 
Nous voyons bien que le ministère dont vous dépendez a des difficultés à se faire entendre et comprendre, tout comme nous avons autant de mal à nous faire entendre et comprendre par vous. Nous comprenons que votre tâche devient de plus en plus difficile devant les exigences imposées pour la politique de l’eau, mais avant tout, devant la gravité que subit le réseau hydrographique de notre pays.
Les pollutions diverses, qui comme vous le savez deviennent récurrentes, surtout en ce qui concerne la pollution des matières plastique, qui touchent pratiquement l’ensemble de nos cours d’eau. Pourtant, malgré cette urgence, certains dirigeants ferment les yeux et ne souhaitent pas intervenir malgré l’engagement de leurs responsabilités en devenant dirigeant d’une association qui a pour principal but la protection du milieu aquatique. J’ai assisté à une réunion d’AAPPMA avec juste 12 personnes dans l’assemblée ; en retirant les membres du bureau , le président de fédération et 3 personnes de la collectivité, il restait juste 4 personnes intéressées par cette A.G. Après quand nous voyons la collectivité satisfaite d’un travail quasi nul pour la protection de l’environnement, nous nous disons qu’il est temps de changer cette politique, car nous, nous sentons concernés par la protection du milieu aquatique , c’est aussi l’eau qui sort de nos robinets, donc nous nous sentons aussi concernés comme usagers de l’eau.
 
Nous savons bien que les fédérations et aappma ne sont pas les principaux décideurs, mais ce sont elles les principales responsables de la protection du milieu aquatique, elles travaillent principalement avec les services départementaux, régionaux , nationaux et même européens. Toutes les collectivités n’ont pas la protection de l’environnement comme principaux buts dans leurs programmes, pour diverses raisons (économiques principalement), elles dépendent d’un canton, d’une communauté de communes, d’un département, d’une région et d’un pays également. Il y a dans certaines régions de France des « chefs » de canton, qui ont la main basse sur la plus grande majorité des subventions ; les petits villages ne peuvent obtenir satisfaction concernant la politique de l’environnement, certains projets ne dépassant pas un budget de 1 000 euros sont refusés et ce sont des milliers d’euros qui sont investis pour une clientèle que les fédérations et aappma satisfont par des tonnes de lâchers de truites. La protection du milieu aquatique doit se faire comme il est indiqué dans le code de l’environnement, celui-ci doit être plus représentatif de la situation actuelle en ce qui concerne les nombreux dérèglements climatiques, la F.N.P.F doit prendre en compte tous les avis apportés par toutes les problématiques citées ci-dessus et bien d’autre encore, la liste est longue. Il serait juste que des mesures soient prises afin de sanctionner les principaux responsables, que les décisions prises soient les plus adéquates pour la protection du milieu aquatique. Il y a bien une commission pêche spécialisée qui est représentée dans pratiquement toutes les fédérations, celle-ci représente une certaine catégorie de pêcheurs pratiquant notamment la pêche de l’anguille qui doit impérativement changer.
 
un grand ensemble des acteurs du milieu associatif souhaiterait que soient pris en compte des problèmes fréquemment rencontrés dans le milieu halieutique, trop souvent ignorés ou passés sous silence ( braconnages, maltraitance et trafic de poissons, pollutions)
Nous souhaiterions par ce courrier vous faire prendre conscience des inquiétudes que nous avons concernant la gravité de la gestion de certains endroits de notre patrimoine halieutique et de l’urgence à être entendus afin d’apporter des idées novatrices pour une meilleure gestion de ces lieux complètement abandonnés à la pollution et à des braconniers sans scrupules, cette gestion étant complètement obsolète devant la gravité de la situation actuelle.
 
Nous espérons que vous comprendrez et que vous résoudrez tous ces problèmes et biens d’autres, vous avez une tâche qui est difficile, du fait d’un laxisme qui perdure depuis longtemps, nous en sommes bien conscients , mais nous ne pouvons laisser continuer de tels agissement devant la responsabilité que nous avons tous, pêcheurs et dirigeants de laisser un milieu halieutique ,ou du moins ce qu’il en reste, aux générations futures, nos enfants et petits-enfants qui ne vous pardonneront jamais , comme nous ne pardonnons pas ce qui se passe en certains endroits de France actuellement .
 
Cordialement
 
L’équipe de l’association barbillons de France

Laissez un commentaire