Maladies des Barbeaux Pt 1 .

 

 

 

Les maladies de poissons sont généralement causées par des bactéries, des virus, des parasites ou des vers, mais aussi  les contaminants toxiques de type PCB, DDT, arsenic, HAP, d’où l’importance de redonner ces informations aux services départementaux 

l’Agence Française de la Biodiversité( A.F.P) : services A.F.B départementaux

Office national de la chasse et de la faune sauvage (O.N.C.F.S): Coordonnées par région

La fédération de pêche de votre département : Annuaire des Fédérations  départementales de France

Direction Départementale Des Territoires( D.D.T )  Service Eau et Environnement (SEE)

 

 Dans le cas présent ,une tumeurs ( type papillomes). 

 

c’est un barbeau de la rivière La Marne que Don Yo  membre de l’A.B.D.F a pêché  en été 2017 , où il apparaissait un genre de tumeur placée sur la bouche de ce poisson, plus précisément sur les barbillons supérieurs et la lèvre inférieure.

 

 

 

La cause peut  être virale (lymphocytose) que l’on trouve souvent en aquarium , mais seul un laboratoire peut établir le diagnostic du virus responsable de la maladie .

 

 

 

 

Dans la liste des suspects il y a aussi en première ligne les contaminants toxiques de type PCB, DDT, arsenic, HAP, représentant un très grand risque sanitaire pour l’ensemble de la population piscicole , aussi pour la consomation des poissons vivant dans ces eaux.

Il est a noter  que l’espèce  barbeau fait partie des poissons fortement bio accumulateurs. En raison de sa propension à bio concentrer les métaux lourds, certains métalloïdes ou des polluants peu biodégradables tels que les PCB, furanes ou dioxines, il peut dans certains cours d’eau pollués,  être interdit de pêche, de détention et de toute commercialisation.

( ARS (Agence régionale de santé des Hauts de France)

 

 

Précautions à prendre :

 

 

  • Ne pas consommer le poisson
  • Ne pas tuer le poisson 
  • Evitez ou écourtez le rituel sur les poissons fortement blessés, en les laissant se reposer dans l’épuisette du stress provoqué par sa capture. Sa mise hors de l’eau accentue encore plus son stress. Pour information, le stress est la première cause de mortalité dite naturelle chez les poissons et vecteur de nombreuses maladies …
  • Il serait préférable de ne pas toucher les blessures trop importantes, de vouloir retirer une tumeur ou tout agent pathogène sur un poisson, cela risquerait d’avoir des séquelles irréversibles.
  • Si les blessures sont proches des zones sensibles comme les ouïes, les narines, la bouche ou des yeux, il vaut mieux éviter tout danger causé par les produits que vous pouvez utiliser pour soigner le poisson ; cela ne ferait qu’empirer les blessures et empêcherait le poisson de récupérer correctement. Dans les cas de petites blessures, nous vous conseillons les produits pré-dilués et de bien respecter les doses et prescriptions indiquées sur les différents produits que vous achetez.
  • A la suite d’une rencontre avec un poisson ayant des symptômes de maladies, désinfectez bien votre matériel (tapis de réception, épuisette, bourriche)
  • N’hésitez pas à appeler et/ou écrire par mail  aux  agents techniques de la fédération de pêche , aux agents de l’A.F.B du département concerné pour prévenir les cas de poissons ayant de graves séquelles causées par une maladie . Prenez le maximum de photos afin de pouvoir apporter des renseignements supplémentaires aux informations données (lieu, date , mensurations du poisson).
  • Si vous constatez  un nombre important de poissons ayant les mêmes symptômes, prévenez la fédération de pêche, l’A.F.B, l’O.N.C.F.S  de votre département, mais aussi la D.D.T . Ne manipulez plus les poissons en les laissant dans une bourriche ou épuisette en attendant l’arrivée des agents habilités à pouvoir dresser un premier constat.

 

Remerciement pour la réalisation de cette article à Don Yo (membre de l’A.B.D.F)  et à Cyril Lombardot ( agent technique de la fédération de pêche de la Sarthe).

 

 

Laissez un commentaire