Maladies des Barbeaux : Le Ver ancre (Lernaea cyprinacea Linnaeus, 1758)

Le Ver ancre

Lernaea cyprinacea | Linnaeus, 1758

 

 

Le ver ancre (Lernaea)  est un genre de crustacés copépodes, communément appelé ver d’ancrage , parasite des poissons d’eau douce . Ils s’accouplent au cours du dernier stade de développement de la nage libre (copépodide). Après l’accouplement, la femelle s’enfonce dans la chair d’un poisson et se transforme en une forme non segmentée ressemblant à un ver, généralement avec une partie pendante du corps du poisson. ( Source: https://en.wikipedia.org/wiki/Lernaea) .

 

Un parasite Lerneae retiré d’un barbeau

 

  • Différentes étapes de la vie au cours du développement vivent sur et hors du poisson. Après un compagnon parasite mâle et femelle, le mâle meurt et la femelle s’enfonce dans le tissu hôte, finissant par utiliser une grande ancre à son extrémité antérieure («tête») pour s’intégrer de manière permanente dans la peau et le muscle du poisson (Figure 2). La femelle devient adulte et, dans les 24 heures, peut commencer à libérer des œufs d’une paire de sacs à son extrémité postérieure («dos») (Figure 3). Chaque œuf libéré éclot dans les 24 à 36 heures. Les femelles sont très prolifiques et peuvent produire des lots allant jusqu’à 250 juvéniles (nauplii) toutes les deux semaines jusqu’à 16 semaines à des températures supérieures à 25 ° C.

 

  • La plage de température optimale pour Lernaea est comprise entre 26 et 28 ° C. Si les températures descendent en dessous de 20 ° C, les juvéniles de Lernaea ne pourront pas terminer leur développement et à 14 ° C, les femelles ne se reproduiront pas. Cependant, les femelles adultes peuvent hiverner sur le poisson hôte et produire des œufs lorsque la température de l’eau se réchauffe au printemps.

 

  • Bien qu’une infection par un petit nombre de parasites ne soit pas nécessairement fatale, elle est extrêmement irritante pour le poisson. Lernaea peut provoquer une inflammation intense, entraînant des infections bactériennes secondaires (par exemple, Aeromonas hydrophila ) et fongiques. Ces infections secondaires aggravent et tuent parfois le poisson. Un plus grand nombre de parasites sur les branchies peut gêner la respiration et entraîner la mort. Les poissons peuvent survivre à l’ infection à Lernaea , mais les maladies chroniques entraînent souvent une croissance médiocre et une mauvaise condition physique 

Source : Les espèces de Lernaea ( cycle de vie ,maladies de poissons causées par Lernaea, etc..)  EDIS Université de Floride  Lien

 

Le lernaea nuit énormément au poisson car il ponctionne  constamment du sang. Les poissons infectés sont affaiblis.  

 

Sur cette photo le Lernaea est placé en dessous de la nageoire dorsale d’un barbeau ( Sept 2018)

 

D’autres endroits du corps du poisson parasités 

 

 

 

La blessure occasionnée par le parasite une fois celui ci retiré du poisson, un second placé en dessous est visible également.

(attention il est fortement déconseillé de le faire sans avoir suivie une formation à des connaissances spécifiques).

 

 

 

 

 

Un autre petit barbeau parasité au niveau de la nageoire caudale (le même jour au même endroit)

 

Le manque d’écailles sur ce même poisson ( causé certainement par les démangeaisons provoqués par les parasites)

 

 

 

 

 

Précaution  :

 Vouloir retirer un parasite ou autres d’un poisson n’est pas si facile que cela peut paraître, la mauvaise manipulation peut engendrer des séquelles bien plus graves que l’agent pathogène en lui même.

Nous ne conseillons pas de le faire  vous même.

  • Nous recommandons de laisser le parasite. Si les crochets restent enfouis dans le poisson, cela peut provoquer de plus graves infections et affaiblira fortement le poisson.
  • Ne pas toucher les branchies des poissons, ni d’appliquer de produit phytosanitaire sur ces parties extrêmement fragiles des poissons.
  • Prenez soin du poisson .Prenez des photos en mode macro et vue d’ensemble rapidement.
  • Nous vous conseillons d’écourter le rituel sur les poissons blessés, en les laissant se reposer dans l’épuisette du stress provoqué par sa capture. Sa mise hors de l’eau accentue encore plus son stress. Pour information, le stress est la première cause de mortalité dite naturelle chez les poissons et vecteur de nombreuses maladies …

Prévenir le plus rapidement possible les services départementaux afin qu’un suivi et des mesures soient prises . Si un très grand nombre de poissons est infecté ,gardez les dans votre bourriche et demandez à un des agents des services de l’A.F.B ou de votre fédération de se déplacer afin qu’un protocole puisse être mis en place.

 

N’oubliez pas de désinfecter vos mains et votre matériel( bourriche,épuisette tapis de réception) afin d’éviter la propagation des différents agents pathogènes.

 

l’Agence Française de la Biodiversité( A.F.P) : services A.F.B départementaux

Office national de la chasse et de la faune sauvage (O.N.C.F.S): Coordonnées par région

La fédération de pêche de votre département : Annuaire des Fédérations  départementales de France

Direction Départementale Des Territoires( D.D.T )  Service Eau et Environnement (SEE)

 

cette partie est réservée pour les personnes ayant un minimum de connaissances dans le domaine de l’aquaculture ou /et aquariophilie.

 Nous ne conseillons pas de le faire  vous même.

  • Si le nombre de parasites n’est pas très élevé, on peut les enlever soigneusement  avec une pince à épiler en prenant soin de ne pas blesser le poisson et de bien enlever l’ensemble du parasite en le pinçant délicatement au niveau de l’extrémité ( la tête) et de tirer un petit coup sec afin d’enlever l’intégralité du parasite.. 

  • Si on enlève manuellement ces parasites, leurs sacs à œufs explosent répandant des millions d’œufs, d’où l’intérêt de pouvoir faire un petit traitement si vous avec un tapis de réception pouvant contenir  suffisamment d’eau pour que le poisson puisse être totalement immergé. mettre de l’eau de la rivière avec du sel 1 Gr / litre d’eau, puis enlever délicatement le parasite , tamponnez légèrement la blessure avec un coton imbibé de sel( ne frottez pas trop cela risquerait d’abîmer plus les tissus cellulaires des poissons.
  • Cette opération doit durer pas plus de 1 minutes. 
  • Prenez des photos des blessures ou agents pathogènes 
  • Laissez le poisson se reposer , il repartira de lui même.
  • Reversez l’eau sur les berges , le peu de quantité de sel n’est pas nocif à l’environnement et les milliers d’œufs échappés ne pourront pas reprendre leur cycle en infectant d’autres poissons. 

 

 

 

Laissez un commentaire